Les terres d'Arada

Les Aradiens sont un peuple inspiré des gallo-romains ayant de plus la volonté de prospérer en toute tranquillité et donc très adaptable.

Il y a quelques siècles, avant même que Voda ne traverse le Rhamorin pour les annexer, un peuple de cultivateurs vivait paisiblement sur les terres fertiles d'Arada. Ce peuple exceptionnellement pacifique vit arriver un peuple de colons venus de l'est. Ces colons fuyant quelque répression voyageaient depuis plusieurs générations et avaient pris l'habitude de s'adapter à toute situation. Quand les deux peuples se rencontrèrent en Arada, un long conseil se tint (la légende parle de trente jours et trente nuits). L'issue de ce conseil fut l'installation du nouveau peuple parmi l'ancien afin de prendre le meilleur des cultures et des compétences de chacun.

Ce nouveau peuple aradien prospérait tranquillement à l'arrivée des Vodans et de leurs légions. Alors que les généraux vodans s'avançaient sûrs de leur victoire, les chefs de village et les pères des grandes familles vinrent à leur rencontre en toute simplicité. De nouveau, un long conseil se tint dans les plaines fertiles d'Arada. Il en résulta que les Aradiens accueillirent les Vodans pour leur culture, leur médecine, leur armée et toute leur civilisation y voyant l'occasion de prospérer. Ils ne considérèrent pas leur peuple comme vaincu ou soumis mais comme fédéré sous une bannière intéressante, même si les Vodans ont toujours eu tendance à penser différemment...

Ce nouveau peuple aradien prospérait tranquillement à l'arrivée des Vodans et de leurs légions. En 81 après les Deux, le Sénateur Decimo mena les IIIème et IVème légion en Arada en partant d'Arkyon où elle était stationnée tandis que la Garde Prétorienne commandée par le Préfet Ulpius passait le Rhamorin, prenant en tenaille la riche Arada. Les légions s'enfoncèrent dans le pays sans rencontrer de résistance lorsqu'au bout du dixième jour, on annonça au Sénateur Decimo l'arrivée d'une délégation de représentants d'Arada chargée de présents. Huit anciens Aradiens portant les noms de Lomère, Batero, Astronne, Chariz, Karladr, Tuleb, Fostria et Dystrie se présentèrent au Sénateur chargés de victuailles pour ses troupes et sympathisant avec ces dernières. Une fois dans le Prétor, ils prirent tour à tour la parole dans un souci d'équité parfaite :
"Decimo, nous te remercions de nous apporter ta protection grâce aux braves guerriers qui t'accompagnent ! Nos côtes sont soumises à d'incessantes attaques de corsaires Kelts et notre frontière Est subie les raids des pillards Zabgards. Enfin, d'innombrables brigands, parias ou exilés de Voda ou de Zlatva hantent nos forêts et assaillent nos fermes. Il est grand temps de mettre de l'ordre dans notre si chère contrée."

Le Sénateur venu en envahisseur était abasourdi, croyant alors que l'ancien se payait sa tête.
"Il paraitrait que ton peuple est inventif et dispose de moyens techniques considérables. On nous a parlé de l'avancée de la médecine, de routes permettant le transport rapide et donc un commerce prospère, d'eau courante apportée dans des thermes par des aqueducs ou encore de l'efficacité de la loi vodane à l'égard des brigands."

Decimo leva un sourcil, ne comprenant le rapport avec ses légions.
"Aurais-tu ainsi l'obligeance de faire part à notre peuple de ces avancées culturelles qui nous aiderait grandement à travailler notre terre et au bonheur des gens ? En contrepartie, il parait qu'une notion qui m'était inconnue il y a peu : l'imposition, intéresserait tes dirigeants. Nous n'utilisons que très peu la monnaie mais nous nous sommes rassemblés et il nous parait normal de vous offrir une partie de nos récolte en remerciement de tout ça !"

Le Sénateur Decimo et son état-major restaient sans voix. Ils étaient venus envahir Arada manu militari et voilà que les représentants de ce peuple leur offraient tout ce que la République était en mesure d'attendre d'une province. Decimo pris alors la parole ayant enfin compris la façon de penser des Aradiens et les considérant comme des alliés potentiels plutôt que comme des proies :
"Nous vous offrons tout cela avec plaisir. Notre administration réglera les problèmes internes à Arada, notre armée en protégera les frontières et nos savants feront venir la science en vos terres. La République fera venir des représentants pour vous aider dans vos taches, nous les nommons tribuns et je compte sur chacun d'entre vous pour les aider au mieux."

C'est ainsi qu'Arada devint une province vodane dès 81. Huit régions furent créées, portant le nom des anciens qui avaient apporté à leur contrée la Pax Vodana. Huit tribuns furent nommés à Voda sur le modèle appliqué à Arkyon et prirent les rennes du pays grâce à l'aide des anciens.

La légende raconte que chaque tribun finit par tomber éperdument amoureux de la terre dont il avait la charge et les conseils des anciens aidants, ils appliquèrent une politique qui donna à Arada une grande période de prospérité. Certains racontent même qu'ils épousèrent tous une des filles des anciens, créant ainsi la première génération d'Arado-Vodans, un peuple mêlant la science des Vodans à l'amour de la terre des Aradiens.

En effet, la première force d'Arada est qu'il est impossible de faire autrement que tomber amoureux de cette terre si on y vit quelques temps : le climat est agréable, les terres riches, les habitants sympathiques. Très rapidement, on se prête à vouloir défendre cette terre.

Durant les grandes invasions, les terres d'Arada furent le théâtre de nombreuses batailles qui scellèrent le destin de la République. Les Edrules massacrèrent les légions et continuèrent leur avance en vivant sur le terrain, faisant de grandes saignées dans le peuple aradien. Ainsi quand les Zabgards débarquèrent à leur tour poursuivant l'oeuvre de leurs prédécesseurs, certains Aradiens commencèrent à vouloir lutter, même si le conseil des Tribuns finit par prôner la paix avec l'installation des Zabgards et Sabariens sur leurs frontières à l'approche d'un peuple encore plus terrifiant : les Avelars (certains disent que les Tribuns voulaient donner du temps à leur peuple d'adoption pour se préparer).

De nos jours, avec la menace Avelarde qui se fait de plus en plus pressante avec des incursions de partout, les Aradiens ne savent vers qui se tourner. Les barbares installés à leurs frontières sont-ils dignes de confiance ? Le patriciat de Kalandor fera-t-il quelque chose ?

Ces derniers temps, on entend des rumeurs à propos d'une certaine rébellion aradienne. Ces fanatiques religieux prônent une Arada libre de toute présence étrangère et font des actions "coup de poing" à l'encontre des Avelars du Néméton mais aussi des peuples fédérés ou même à l'encontre d'Aradiens vendus aux Vodans. Leurs méthodes vont de l'assassinat au pillage en passant par l'incendie d'entrepôts ou toute sorte d'attentats.

En résumé, les Aradiens doivent pour la première fois de leur existence s'organiser pour se défendre et monter un système politique qui pourra tenir face aux rigueurs de ces temps.

Ce peuple est organisé selon une structure familiale où l’ascension sociale se fait par la sagesse ou la propriété foncière. Ainsi, traditionnellement, les "sages" guident leur peuple et ainsi, toute personne un tant soit peu âgée et ayant du vécu par rapport à Arada est écouté. D’autre part, les propriétaires terriens ont beaucoup d'influence compte-tenu du légendaire amour de la terre des Aradiens. Les tribuns arado-vodans sont ainsi assez appréciés en raison de leur sagesse, de leur richesse et souvent de leur lien de parenté avec les familles des sages. Par contre, ces derniers temps, certains tribuns oublient qu'ils sont en Arada et réagissent de plus en plus comme des Vodans. Il va sans dire que cela passe très mal auprès du peuple !


© 2009-2017 - Tous droits réservés